Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
François et Emmanuel
 

Militaire d’active urgentiste, Emmanuel a rencontré François, réserviste anesthésiste, lors d’une opération extérieure (OPEX) en Afghanistan en 2014. Quatre années plus tard, alors que le médecin d’active Emmanuel était déployé au Mali dans le cadre de la mission Barkhane, un véhicule piégé fonce sur son convoi entre Ansongo et Ménaka. Blessé aux yeux, il y perdra la vue. Apprenant la blessure de son camarade, François décide aussitôt de soutenir son frère d’arme Emmanuel dans sa convalescence. Depuis, les deux médecins du Service de Santé des Armées s’appellent toutes les semaines.

Tout au long de la reconstruction de son camarade d’active, François l’aide à trouver ses nouveaux combats. Il puise dans son expérience civile d’algologue (médecin spécialisé dans la prise en charge de la douleur.) pour accompagner son ami, lui montrer la voie. De par son expérience en tant que médecin d’active, il ne fait nul doute pour son ami qu’Emmanuel sera une bonne interface entre les blessés de guerre et les médecins : « Tu ne pourras pas voir leurs blessures donc tu les entendras avec ton cœur ».

Entre autres, Emmanuel se plonge dans le sport : course, marche en raquettes, rameur d’appartement, on ne l’arrête plus ! Conjointe, amis, camarades, ils se mobilisent tous pour lui permettre de poursuivre sa passion pour le sport. De son côté, François encourage son ami à reprendre la plongée, domaine que ce dernier connait parfaitement de par sa spécialité en médecine de la plongée. Promis, ils plongeront tous les deux prochainement ! 

C’est cette passion des défis sportifs qui va une nouvelle fois réunir le militaire d’active blessé et le réserviste : François propose à Emmanuel de courir en binôme le Trophée de la Garde nationale ! C’est la première fois que les deux militaires auront l’opportunité de courir ensemble. A la fois un beau défi sportif mais aussi personnel ! Le message est fort : témoigner de ce qu’on peut faire, même blessé : « un handicap ne nous empêche pas de courir, je lui montre un chemin ».

Bonne course à vous deux !

Retrouvez le portrait sur nos réseaux sociaux :

Frères d’armes, frères de cœur